Accueil Emploi Comment remplir sa déclaration d’impôts en tant qu’auto-entrepreneur ?

Comment remplir sa déclaration d’impôts en tant qu’auto-entrepreneur ?

Chaque année, un auto-entrepreneur a le devoir de faire une déclaration de revenus ou une déclaration d’impôt auto-entrepreneur. Cette action permet d’informer l’administration fiscale du montant du chiffre d’affaires réalisé au cours de l’année précédente. Pour déclarer, faire sa déclaration d’impôts, il faut remplir le formulaire 2042-C-Pro. Elle se réalise en plusieurs étapes. Découvrez ici ces dernières.

Renseignez ses infos personnelles et la situation de son foyer fiscal

Cette étape se réalise bien avant d’arriver sur la déclaration 2042-C-Pro. Elle consiste à renseigner plusieurs informations relatives à vos informations personnelles et votre foyer fiscal. Au nombre de ces derniers, on distingue votre adresse, votre situation familiale, les différentes personnes à charge, etc. C’est une étape commune à tous les auto-entrepreneurs. Lorsque vous faites votre déclaration en ligne, prenez la peine de vérifier vos informations personnelles et celles de votre foyer fiscal. Pour ce faire, vous devez cliquer sur « Accéder à plus de rubriques ou signaler un changement ».

A lire également : Trouver les meilleures solutions pour financer sa formation professionnelle

Sélectionner vos différentes sources de revenus

Au cours de cette étape, vous aurez juste à sélectionner des cases selon que vous réalisiez votre déclaration en ligne ou sur papier. Cependant, la déclaration des sources de revenus va dépendre de votre régime de versement de l’impôt.

A lire également : 50 ans sans diplôme : quel métier choisir ?

Auto-entrepreneur ayant choisi le versement libératoire de l’impôt

Si vous êtes dans ce cas, vous devez déclarer vos revenus dans la catégorie « Micro-entrepreneur (auto-entrepreneur) ayant opté pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu ». Dans cet onglet, vous devez indiquer votre chiffre d’affaires hors taxe en fonction de l’activité de l’entreprise. D’abord dans la case 5TA pour la vente de marchandises et assimilés. Ensuite dans la case 5TB pour les prestations de services commerciaux et artisanaux et locations meublées. Enfin dans la case 5TE pour les revenus non-commerciaux. Cette dernière concerne généralement les professions libérales.

Auto-entrepreneur n’ayant pas choisi le versement libératoire de l’impôt

Si vous avez opté pour cette option, vous devez déclarer vos revenus dans la case correspondant à la nature de votre activité. On distingue dans ce cas deux possibilités, à savoir :

Revenus industriels et commerciaux professionnels

Cet onglet est destiné aux activités de ventes et de prestations de services commerciales et artisanales. À ce niveau, il faudra indiquer le montant total hors taxes de votre chiffre d’affaires encaissé l’année précédente dans la case 5KO ou la case 5KP. La première est expressément réservée à la vente de marchandises et assimilée tandis que la seconde est réservée aux prestations de services et locations meublés. Dans la case 5DB, vous devez aussi indiquer le nombre de mois pendant lesquels votre micro-entreprise a été active, l’année, précédente. Ici, il s’agit de l’année 2021. Si vous n’avez pas créé ou arrêté votre petite entreprise en 2021, vous avez le choix entre indiquer 12 ou laisser la case vide. Mais si vous avez créé votre entreprise en cours de l’année 2021, vous devez indiquer le nombre de mois depuis votre immatriculation jusqu’au dernier jour de l’année 2021. Enfin, si vous avez arrêté votre micro-entreprise en 2021, vous devez indiquer le nombre de mois depuis le premier jour de l’année 2021 jusqu’à la fermeture de votre activité.

Revenus non-commerciaux professionnels

Cette option est spécialement destinée aux personnes exerçant des prestations de services libérales. Dans ce cas, il faudra indiquer le montant total hors taxes de votre chiffre d’affaires en prestations de services libérales encaissé au cours de l’année précédente dans la case 5HQ. Elle se nomme « Revenus Imposables« . Dans ce cas, aussi, vous devez indiquer 12 ou laisser la case vide si vous n’avez pas créé ou arrêté votre micro-entreprise en 2021. Les conditions qui s’appliquent dans le cas précédent sont les pareilles (indiquer le nombre de jours depuis la date d’immatriculation jusqu’au 31/12/2021 si l’entreprise a été créer en 2021 et le nombre de mois depuis le 01/01/2021 jusqu’à la fermeture si l’entreprise a été radiée en 2021). Le montant de l’impôt de l’auto-entrepreneur sera déterminer en fonction des informations renseignées.

Calculer son revenu imposable et les charges déductibles

Maintenant que vous avez déclaré vos différents revenus, vous devez noter qu’en tant qu’auto-entrepreneur ayant choisi le régime de versement libératoire, l’impôt sur le revenu sera directement prélevé chaque mois ou trimestre. Cela signifie que vous n’aurez pas à payer d’acompte en septembre et décembre comme les autres contribuables.

Pour remplir votre déclaration d’impôts en tant qu’auto-entrepreneur, vous devez bien comprendre les différentes étapes du processus. Vous devez tout d’abord sélectionner vos sources de revenus en fonction de votre régime fiscal, puis calculer votre revenu imposable en retranchant les charges déductibles. N’hésitez pas à faire appel à un expert-comptable si vous avez des difficultés dans cette démarche ou si vous souhaitez avoir des conseils personnalisés pour optimiser la gestion fiscale de votre entreprise.

Comprendre les différents régimes fiscaux pour les auto-entrepreneurs

Comprendre les différents régimes fiscaux pour les auto-entrepreneurs est essentiel pour bien remplir sa déclaration d’impôts. En effet, il existe deux régimes fiscaux principaux pour les auto-entrepreneurs : le régime micro-fiscal et le régime de la déclaration contrôlée.

Le premier, qui concerne la majorité des auto-entrepreneurs, permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire sur son chiffre d’affaires en contrepartie du paiement d’un impôt libératoire. Le taux d’imposition varie selon l’activité exercée et peut aller jusqu’à 22 % du chiffre d’affaires.

Le second régime fiscal s’applique aux entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse certains seuils (70 000 euros HT pour une activité commerciale ou 170 000 euros HT pour une activité de prestations de services). Ce régime permet aux entrepreneurs de bénéficier de davantage de déductions fiscales, mais implique aussi des obligations plus contraignantes en matière de tenue comptable et déclarative.

Pensez à bien comprendre quelles sont vos obligations fiscales. Si vous avez choisi le versement libératoire, vous devez alors vérifier que votre assiette est correcte et qu’elle reflète bien l’intégralité des revenus générés par votre entreprise au cours de l’exercice fiscal précédent. À cet égard, il peut être utile, dans certains cas, d’opter pour un régime réel simplifié, qui permet de bénéficier d’une comptabilité plus souple tout en profitant des avantages fiscaux du régime de la déclaration contrôlée.

Remplir sa déclaration d’impôts en tant qu’auto-entrepreneur peut s’avérer être un exercice complexe. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel pour éviter toute erreur ou omission et ainsi optimiser le traitement fiscal de votre entreprise.

ARTICLES LIÉS